Rechercher
  • laurentbarrera

Très bel article de Fabien Ribery

Quelle belle surprise et beaucoup de joie également de lire ce samedi 30 juillet l'article de Fabien Ribery.


Carpes Koï, beauté de l’éphémère, par Laurent Barrera, photographe – Le blog de Fabien Ribery (lintervalle.blog)


J'aime beaucoup son approche très littéraire et érudite (il est non seulement journaliste mais également auteur, agrégé de lettres modernes et chargé de cours à l’Université Bretagne Occidentale !).

" Koï du photographe Laurent Barrera est ainsi, en sa grâce d’écriture, un hommage au pays de l’invention des haïkus, ce titre évoquant les carpes vues dans les bassins impériaux de Tokyo lors d’un premier voyage, écailles d’or glissant contre de vertes tresses végétales ". Fabien Ribery.


Merci à lui aussi de mettre en avant mon travail graphique et esthétique qui me permet d'aller un peu plus loin que l'aspect uniquement photographique descriptif :


" Tout concourt ici à l’éveil par la puissance de la délicatesse, certaines photographies, dont la qualité pigmentaire est un ravissement de l’œil, ayant été modifiées et reprises à l’aquarelle et à l’acrylique par l’auteur. " Fabien Ribery.


J'aime aussi sa façon très respectueuse de citer les personnes qui ont collaboré à la réalisation de cet ouvrage ! (la poétesse Mélanie Bosc, la calligraphe Keiko Yokoyama, le galériste Philippe Darnelet Dardenne, le graphiste Pascal Perron).


Pour finir, voici un extrait que j'aime beaucoup et qui m'a aussi permis de connaître un nouveau mot (ratiocination : acte qui consiste à raisonner de manière excessive voire prétentieuse).

" Laurent Barrera photographie un espace intérieur, une stupeur douce, un émerveillement.

Pas de psychologie de ratiocination, mais « l’empathie envers les choses » (notion structurante du mono no aware)." Fabien Ribery.





21 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout